Tout ce que vous vouliez savoir sur le champagne

Tout ce que vous vouliez savoir sur le champagne - Caviste en ligne - Les Nouveaux Cavistes

Le champagne provenant du nord-est de la France a su acquérir une renommée internationale sans pareille mesure depuis le XVIIème siècle, habile mélange entre pinot noir, pinot meunier et chardonnay, le champagne est aussi un vin mousseux riche en histoire et en secrets de fabrication.

1/ De la Révolution au Second Empire, un vin en construction

Au moment de la Révolution française, le vignoble champenois couvrait un territoire de plus de 50 000 hectares, soit l’une des plus vastes productions de l’époque. Si nombre de grands producteurs d’alors portaient des noms à consonance germanique, c’est parce que la région avait connu une forte présence de commerçants allemands entre 1815 et 1840 et que le champagne avait su s’exporter avec succès dans les cours princières de toute l’Europe.

 

2/ Le champagne, une affaire de femmes

Si le champagne a acquis une telle réputation au cours du XIXème siècle, c’est essentiellement l’œuvre de la baronne Barbe-Nicole Ponsardin, plus connue sous le nom de « Veuve Cliquot », du nom de son défunt époux. En 1811, elle profita du passage d’une comète pour faire connaître sa production du grand public. Les étiquettes des bouteilles étaient alors illustrées d’une étoile chevelue traçant un ciel obscur. Au cours des siècles, la champenoise est devenue cette vigneronne courageuse, coiffée d’un curieux bonnet, le bagnolet, armée d’un panier en osier et maillon essentiel de la production du champagne.

 

3/ Les mythiques bulles du champagne

Très tôt appréciées des palais anglais, les bulles du champagne ont fait sa renommée en France et à l’étranger. Issues de la fermentation alcoolique du sucre, elles expliquent pourquoi le bouchon s’expulse si violemment à l’ouverture de la bouteille : tout le CO2 produit pendant la fermentation est alors expulsé dans l’air. Le phénomène d’apparition des bulles s’appelle la « nucléation hétérogène ». Une pratique plutôt moderne, puisque les hussards napoléoniens préféraient, eux, sabrer la bouteille.