La rencontre : Imogen Bankier - Caviste en ligne - Les Nouveaux Cavistes

 

LA RENCONTRE : IMOGEN BANKIER 

 

The Whisky Shop, à Paris

 

Elle a un prénom de roman policier et une détermination à l’image de ces héros obscurs et fascinants qui résolvent les énigmes à la chaîne, discrète mais sans faille. A seulement 29 ans, Imogen Bankier n’avait guère le choix pour relever le premier grand défi de sa jeune carrière : implanter au cœur de Paris la marque reprise et développée par son père en Ecosse depuis bientôt 15 ans. Un challenge d’autant plus crucial qu’il s’agit de la toute première boutique de l’enseigne « The Whisky Shop » à ouvrir ses portes en dehors du Royaume-Uni. Avec pour objectif de préparer le terrain pour d’autres grandes premières, afin d’imposer la marque sur le marché français.

 

Vous êtes installés place de la Madeleine, à Paris, un des lieux les plus prestigieux de la capitale française. Ce n’est pas un hasard ?

 

Non, effectivement. Nous voulions une implantation de prestige correspondant à notre concept et nous avons eu la chance de trouver cet emplacement dans l’un des plus beaux endroits de Paris. C’est un vrai plus parce qu’il y a beaucoup de passage dans ce quartier, beaucoup de trafic. Avec les touristes, qui sont très contents de venir goûter sur place le luxe à la française, mais aussi avec les Parisiens, les gens qui travaillent ou qui vivent autour de la Madeleine.

 

Vous avez ouvert en 2016 dans une ville où on pouvait déjà trouver de très bons whiskies. Qu’est-ce qui vous distingue des autres dans cet univers très concurrentiel ?

 

Notre concept, qui permet à nos clients de trouver la bouteille qu’ils veulent ou un produit très rare parmi les 350 à 400 whiskies différents que nous avons, mais qui leur offre aussi la possibilité de vivre une expérience qui va au-delà d’un simple achat. Au 1er étage du magasin, nous avons par exemple la seule Johnnie Walker House de France, installée dans un très bel appartement haussmannien, pour faire découvrir à nos clients l’univers de cette marque surtout connue en France pour ses produits standard, notamment le Red Label, mais qui est beaucoup plus riche et prestigieuse que beaucoup de gens l’imaginent ici. Je pense par exemple au Rye Cask Finish, un whisky embouteillé à 46° et doté d’un caractère très marqué que nous sommes les seuls à proposer en France. Ou le Blue Label Willow, également une exclusivité, qui est l’un des produits les plus prestigieux et les plus exceptionnels de la maison Walker, présenté dans une bouteille de porcelaine.

 

Vous vous adressez donc plutôt à des connaisseurs et à des amateurs éclairés, non ?

 

Ils ont toute leur place chez nous, bien sûr, mais nous accueillons aussi des gens qui avouent facilement ne pas y connaître grand-chose. S’ils le souhaitent, nous pouvons les accompagner pour découvrir les produits qui correspondent au mieux à leur goût, à leurs envies. Nous donnons aussi très souvent des conseils à des gens qui souhaitent offrir une bouteille rare en cadeau, pour une grande occasion. L’important, c’est qu’elle plaise à celui ou celle qui va la recevoir. C’est pour ça que nous avons voulu une boutique luxueuse et exclusive, mais pas intimidante, avec un accueil simple et chaleureux pour que chacun se sente à l’aise, débutant ou expert. Et s’ils veulent en savoir encore un peu plus, nous proposons des événements exclusifs régulièrement, pour découvrir des choses étonnantes et originales.

 

Pourquoi avoir choisi la France pour ouvrir votre 21e boutique, la première hors du Royaume-Uni ?

 

Parce que la France est le premier marché au monde pour le scotch whisky. Même en Ecosse sil s’en vend moins qu’en France. Et puis la France est le pays où il y a la plus forte tradition gastronomique, un goût unique pour les produits exceptionnels et les rituels de dégustation. Les Français sont très ouverts à la nouveauté, ils veulent savoir, comprendre, connaître… et puis la France est aussi la première destination touristique du monde et Paris la ville la plus visitée.

 

Et celle qui a l’image la plus proche de votre positionnement ?

 

Oui, c’est vrai que la dimension de ville du luxe et du bon goût compte beaucoup pour nous et pour les marques qui travaillent avec nous. Car avec le développement des voyages et des duty-free d’aéroport, les grandes marques de whisky ont perdu un peu de leur valeur symbolique. Notre concept permet de redonner de la valeur à ces marques, ce qui ne peut pas être le cas dans les supermarchés ou les duty-free.

 

Vous êtes Ecossaise, le groupe The Whisky Shop que dirige votre père Ian est Ecossais, et pourtant, vous ne vendez pas que du whisky écossais ?

 

Bien sûr que non.  Cela commence à être connu, mais on sait faire de très bons whiskies dans beaucoup de pays. Les whiskies japonais sont par exemple très demandés aujourd’hui, presque comme un phénomène de mode. Mais nous avons aussi une vingtaine de références en whisky français, de très bons produits.

 

Découvrir The Whisky Shop