L’Ecosse à l’origine du renouveau du gin | Les Nouveaux Cavistes

L’Ecosse à l’origine du renouveau du gin

Le « pays du whisky » est aussi celui du gin, puisque 70% de la production britannique vient d’Ecosse. Mais il est aussi celui des gins « modernes » produits en petite quantité avec une forte identité gustative. Le monde entier s’y est mis

Le whisky bientôt dépassé par le gin ?

Aujourd’hui encore, si on demande à quoi on pense spontanément lorsqu’on associe « alcool » et « écossais », on répond à coup sûr « whisky ». A juste raison. Sauf qu’à observer de près le marché local, on se rend compte que le whisky n’est pas, n’est plus le premier spiritueux d’Ecosse. En termes de consommation, le gin a en effet égalé le mythique « scotch whisky » ces derniers mois et l’institut Euromonitor pronostique même qu’il le dépassera d’ici 2020.

Cela se sait moins que pour le whisky, mais l’Ecosse est aussi terre de gin, puisque 70% de la production britannique totale est écossaise, selon la WSTA - Wine & Spirit Trade Association. Elle est assurée par de grands industriels comme Tanqueray ou Gordon’s, mais aussi par une myriade de petites distilleries, dont la plupart ont moins de cinq ans d’existence. Il existait ainsi 31 marques de gin britannique en 2010 ; elles sont désormais 73, toujours selon la WSTA. La plus ancienne de ces micro-distilleries modernes s’appelle Hendrick’s. Elle a accompagné, sinon suscité le renouveau du gin en Ecosse. A l’image de ce qui s’est également produit aux Pays-Bas, en Allemagne, aux Etats-Unis et même en France, où quelques distillateurs se sont mis à faire du gin « premium » ces dernières années, avec d’ailleurs une certaine réussite. Un phénomène qui touche la plupart des secteurs de l’alimentation, les consommateurs cherchant de plus en plus les produits locaux, avec une identité forte.

Pour une nouvelle interprétation des grands classiques du cocktail.

Concernant les alcools, ce mouvement de fond doit aussi au renouveau de la mixologie et à la créativité des barristas, dont l’une des sources majeures d’inspiration consiste à réinterpréter les grands classiques du cocktail. Et comme bon nombre d’entre eux ont le gin pour base, on saisit mieux l’intérêt subit des jeunes générations pour cet alcool de grains. D’autant que, pour se distinguer, beaucoup de jeunes marques de gin font preuve de toutes les audaces, en mêlant bien d’autres saveurs à celle de son arôme traditionnel, le genièvre.

Nouvelle tendance : l’ouverture de « bars à gin »

Cet engouement récent commence à marquer le paysage. En Ecosse et ailleurs, des « bars à gin » ont commencé à ouvrir, proposant une gamme de plus en plus étendue de produits de saveurs et d’origines différentes grâce à l’explosion de l’offre amorcée il y a moins de 10 ans. Des « gin club » ouvrent même leurs portes à Londres, Amsterdam, Bruxelles, Hambourg ou Madrid. L’Espagne n’est d’ailleurs pas en reste, qui demeure le premier consommateur européen de gin et un gros producteur industriel, avec notamment les gins Larios, mais aussi artisanal, avec une multitude de micro-marques d’apparition récente, sur le modèle de ce qui s’est produit ailleurs. A Londres, la première distillerie à inaugurer un nouvel alambic pour y produire un gin dans l’esprit du temps : Sipsmiths, en 2009. Depuis, des dizaines d’autres machines se sont mises à, chauffer un peu partout dans la capitale anglaise et dans bien d’autres grandes villes d’Europe et du monde. Qu’il semble loin le temps où les gins avaient quasiment tous le même goût et les barmen tous le même réflexe : y mettre beaucoup de glace et du tonic.

Retrouvez cet article dans notre thématique : Alcools blancs - Gin - Caviste en ligne - Les Nouveaux Cavistes. Des articles proposés en direct sur le site les nouveaux cavistes site spécialisé dans les champagnes, les spiritueux ainsi que leurs dégustations. Trouvez votre caviste en ligne sur le site Les Nouveaux Cavistes.

Découvrir les autres articles autour des alcools blancs