Russe, Polonaise ou planétaire ? | Les Nouveaux Cavistes

Russe, Polonaise ou planétaire ?

Alcool le plus consommé dans le monde selon l’IWSR (1), la vodka est revendiquée aussi bien par la Russie que par la Pologne, qui en sont effectivement le berceau historique. Mais la controverse a-t-elle encore un sens à l’heure de très nombreux pays se sont mis à en produire ?

Le débat ne sera sans doute jamais tranché. Car aucune preuve ne sera vraisemblablement trouvée qui fera pencher la balance d’un côté plutôt que de l’autre.

Quelles origines pour la vodka ? 

Parce qu’elles remontent à la nuit des temps, les origines de la vodka sont forcément obscures et ténébreuses. Depuis toujours, Russes et Polonais s’en disputent d’ailleurs la paternité (cf. notre article sur « la grande histoire de la vodka »), sans que les uns et les autres ne parviennent à démontrer ce qu’ils prétendent de façon indiscutable. Dans son ouvrage de référence « Encyclopédie des vins et des alcools du monde entier », paru en 1980 et maintes fois réédité depuis, le célèbre négociant et essayiste Alexis Lichine observe ainsi que l’on « fait de la vodka en Pologne depuis des centaines d’années et les Polonais affirment que cet alcool est originaire de leur pays et non de Russie. » Il précise même qu’au Moyen-Age, « on distilla d’abord la vodka comme médecine, puis comme boisson dans les monastères et les petits manoirs de la campagne. » Mais se garde bien de prendre une position géographique précise, indiquant que la vodka serait « native de Pologne et des pays Baltes tout autant que de Russie », histoire de ne fâcher personne. Rédigé en pleine guerre froide, cet ouvrage ne mentionne pas les « études historiques » mises en avant à l’époque par les autorités soviétiques pour prouver l’origine russe de cet alcool. Mais aucun historien n’a jamais pu analyser ces soi-disant études, ni avant, ni après la dissolution de l’ex-URSS. Seule la « Gin & Vodka Association », établie au Royaume-Uni, affirme sur son site ginvodka.org que les premiers documents évoquant la production d’un alcool appelé vodka - du russe « voda » ou du polonais « woda », qui veulent dire « eau »- remonteraient à la fin du IXe siècle, en Russie. En Pologne, les premiers écrits apparaîtraient seulement deux siècles plus tard.

Et maintenant ? 

Quelle que soit la vraie histoire de la vodka, force est de constater qu’aujourd’hui, avec le whisky et le gin, elle fait partie du trio des grands alcools universels et mondialisés. Tous sont originaires d’une région précise, mais ils sont désormais produits dans à peu près tous les pays du monde où la consommation d’alcool est autorisée.

Au fil du temps, chaque région de production, qu’elle soit traditionnelle – dans les pays scandinaves et en Europe de l’Est – ou de conversion récente, a développé des spécificités et une identité particulière. Une richesse et une complexité qu’il est désormais possible d’appréhender en deux clics avec l’apparition des cavistes en ligne.

Historiquement, les Polonais sont ceux qui produisent la plus grande variété de vodka, du fait des traditions locales, qui ont longtemps maintenu les petites productions artisanales, chaque distillerie possédant sa recette propre. Alcool de grains pour l’essentiel, la vodka polonaise a aussi été produite à partir de pomme de terre après l’introduction de ce tubercule en Europe, au XVIIIe siècle. Mais ce qui distingue une partie d’entre elles, c’est leur goût spécifique, dû à un fruit, une fleur ou une herbe. Comme la célèbre Zubrowka, où macère un brin d’herbe de bison.

Les Russes, eux, produisent des vodka plus classiques, blanches et sans réelle saveur, appréciées surtout pour leur texture et leur longueur en bouche. Comme les Suédois avec l’Absolut, l’une des premières vodka à s’être vendue sur les cinq continents, ou les Espagnols avec leurs nombreuses marques et des produits le plus souvent utilisés comme base de cocktail.

L’essor récent de la mixologie et l’apparition d’un nouveau type d’établissements comme les bars lounges ou les rooftops, a également encouragé un phénomène nouveau, dans la même veine que celui des micro-brasseries il y a une vingtaine d’années : les micro-distilleries de centre ville. Un peu partout dans le monde, elles se sont développées dans les grandes métropoles, faisant de la vodka, mais aussi du gin et du whisky, des eaux-de-vie réellement mondialisées, dans l’acception la plus large du terme. C'est-à-dire produites et consommées partout sur la planète.

Pologne et Russie ont désormais de sérieux concurrents face à elles.

Retrouvez toutes les vodkas proposées par Les Nouveaux Cavistes. 

(1) : International Wine Spirit Research – La vodka était l’alcool le plus consommé dans le monde en 2012, avec 4,4 milliards de litres, devant le rhum à 1,47 milliard de litres et le whisky à 860 millions de litres.

Découvrir les autres articles autour des alcools blancs