Le whisky japonais - Caviste en ligne - Les Nouveaux Cavistes

 

LE WHISKY JAPONAIS DE GLASGOW A KYOTO 

En un peu moins d’un siècle, le Japon est devenu un incontournable producteur de whisky. Puisant son inspiration dans la méthode de création des inévitables scotchs, le whisky japonais a su imposer sa personnalité au fil des années et prouver, par ses saveurs, qu’il alliait à merveille deux cultures si singulières : l’écossaise et la nippone. 

L’apprentissage en terres écossaises

L’histoire du whisky japonais commence à la fin du XIXème siècle avec la mission Iwakura, ambassade chargée, entre autres, d’explorer les pays occidentaux et d’apprendre de leurs avancées scientifiques et sociales. En effet, en plus de leur savoir et de leur intellect, ses membres rapporteront également une caisse de scotch, un alcool nouveau sur l’île, qui sera extrêmement apprécié et par conséquent copié dans les laboratoires locaux.

Cette découverte entrainera l’envoi de Masataka Taketsuru, jeune étudiant en chimie, à Glasgow, afin de s’imprégner des méthodes de productions écossaises. A son retour, il devient le distillateur de la première distillerie japonaise uniquement consacrée au whisky. Nous sommes alors en 1923, et le phénomène du whisky japonais ne fait que commencer.

La naissance du style japonais

Le Japon a d’abord recours à des procédés scientifiques en laboratoires afin de rattraper deux siècles de retard quant à la production de cet alcool. Mais une fois ces principes maîtrisés, une véritable empreinte nippone va naître.

La notion de terroir apparaît peu à peu, s’inspirant du microcosme unique de l’île et le recours au chêne japonais lors du vieillissement va permettre une incroyable palette aromatique. Dans la même logique, certains whiskies, considérés comme hauts de gamme, vont être filtrés sur charbon de bois de bambou.

Ce qui différencie vraiment le whisky japonais de son homologue écossais, c’est la culture de ce pays. La retenue si chère à la culture japonaise s’exprime dans le mariage des parfums qui se révèlent les uns après les autres. Dans un style diamétralement opposé, la référence écossaise, elle, transmet son tempérament impétueux dans une explosion de saveurs.

L’importance des blends (ou assemblages) 

Comme en Ecosse, la production japonaise s’est construite sur des whiskies d’assemblage. La force des blends est de proposer un nombre de combinaisons presque infini et une explosion de saveurs : la délicatesse de l’assemblage implique un travail d’orfèvre, d’artisan, plus que de scientifique. Ainsi, si le whisky japonais est moins dominé par les notes de céréales qu’un scotch, son bouquet dégage aussi bien des touches d’écorce ou de framboise que des effluves de fumée ou de fleurs. Un éventail d’arômes à part entière, qui n’a désormais plus à rougir devant son modèle écossais.

Découvrir les whiskies japonais